Archive for juin 2012

Communiqué officiel des Potes and Rollmops // NIFFF 2012

Salut à vous, amis du NIFFFde la saucisse à rôtir et des Rollmops,

Par ce message, nous sommes désolés de vous annoncer que nous ne participerons pas au NIFFF cette année. On est triste, on a une boule dans le ventre, l’appétit nous manque (c’est dire si c’est grave…), mais tout coince coince que nous sommes, nous ne serions pas en mesure d’assurer sur la durée du festival et du coup, on préfère tout simplement ne rien faire et venir boire des mojitos dans ce cadre merveilleux qu’est le NIFFF.

Au plaisir de vous rencontrer à l’une ou l’autre de nos prochaines combines 🙂
Les Potes and Rollmops

Filets de bondelle fumés

Envie d’un menu estival, frais et léger? Un plat simple, vite fait, réalisable avec deux mains gauches, ravigotant et surtout réalisé avec des produits du coin?
Alors fonce chez ton pêcheur favori, achète deux beaux filets de bondelle fumés par personne, une belle salade croquante (Ok, ici elle fait pâle figure, mais j’ai fait avec ce qu’il y avait dans mon frigo…), une rondelle de citron, quelques patates sautées et hop, plus qu’à enfiler le maillot de bain et faire sans blanc. Note que d’ici peux et fort heureusement, cette recette (qui n’est pas vraiment une recette, certes) pourra bel et bien se déguster les pieds dans l’eau… bon appétit et surtout, n’oublie pas de t’hydrater 🙂
A noter que si c’est jour de fête, une petite rouille fera joliment l’affaire…

 

Buffet oriental express

Un bête paquet de pain libanais en action a chamboulé mes plans… mmmm trop envie d’un bon kebab!
Il faut en plus…
de la viande comme des brochettes d’agneau mariné au citron confit ou des merguez bien piquantes, par exemple  et si vous optez pour la variante végétarienne, prévoir qq nugets de tofu pannés au sésame
des légumes croquants, tous bien découpés pour donner envie
une salade de pois chiches ou de l’houmous ou les 2….
une sauce crème aigre avec du tahina, du jus de citron, du sel, du persil plat et de l’ail pressé
Pour préparer une salade ou du houmous il faut tout d’abord s’occuper des pois. La veille, inonder-les et les tremper dans pas mal d’eau décalcarisée avec un filtre
Le lendemain verser le tout dans une marmite pression avec plusieurs gousses d’ails pelées
Cuire 10 mn et laisser refroidir un peu dans la marmite.
La salade orientale aux pois chiches:
Préparer une sauce avec de la pulpe de tamarin et de l’huile d’olive
Ajouter des pois chiches cuits et encore tièdes
Ajouter de l’oignon frais et plein de menthe fraîche ciselée
Saler et poivrer.
Le houmous
Mixer finement des pois chiches cuits, sel, poivre blanc, poudre de cumin maroquin, jus de citron jaune et huile d’olive
Goûter et régler le goût à votre convenance
Détendre la consisatnce avec un peu d’eau de cuisson.

Omelette aux asperges vertes

Les asperges suisses arrivent gentiment au bout… pas si grave puisque les aubergines et les courgettes prennent le relais! Et un tour au marché sera aussi une source d’inspiration pour vos omelettes.

2 oeufs
4 asperges vertes précuites comme ici
sel et poivre du mortier ou du moulin
1 oignon frais
1 gousse d’ail
beurre et huile d’olive

Commencer par préparer l’ail: le peler et le couper tout tout fin
Pour l’oignon: le laver puis couper les tiges et l’oignon pas trop petit
Casser les oeufs dans un bol et donner quelques coups de fourchette, pas trop! Hop du sel et hop du poivre
Faire revenir l’oignon dans une poêle avec du beurre et de l’huile d’olive, feu pas trop fort
Ajouter les asperges coupées en tronçons et l’ail, touiller un peu
Verser les oeufs et attendre que cela soit cuit mais pas trop
Soulever avec 2 spatules plates la moitié de l’omelette et la plier en 2
Transvaser dans une assiette et déguster bien chaud!

Il y a 2 semaines on m’a parlé d’une omelette aux cerises… dont la recette a disparu en même temps qu’une grand-maman. Zut alors! Qui peut m’aider?

Un fraisier pour Lilou

Un gâteau d’anniversaire qui a disparu bien plus vite que sa fabrication… Normal me diriez-vous c’est souvent le cas en cuisine, surtout lorsqu’il s’agit d’un gâteau avec plein de crème et de fraises.
Oui il y en a plein dans les jardins, c’est enfin la saison, alors profitons!!

Foncez en ramasser près de chez vous! Les neuchâtelois peuvent aller à Gals, du côté de Gampelen. Et vous profiterez de prévoir quelques bocaux de confiture pour le fameux pied de nez à l’hiver.

Prévoir une matinée en cuisine pour ce fraisier.

Commencer par faire une crème pâtissière avec de la vraie vanille selon une recette traditionnelle du livre de recettes de l’école familiale (oui vous pouvez rire…).

Pendant que cela refroidit, ha oui, il faudra brasser quelques fois pour éviter les mallots, faire une génoise, toujours avec le même livre de recettes (doubler les quantités)
Pour déterminer le diamètre du gâteau il faut trouver votre plus grande assiette plate et prévoir un endroit dans le frigo. Ensuite on ouvre le cercle en fonction  puis on contrôle si le four et la plaque (recouverte d’une plaque en silicone ou du papier pâtisserie) sont assez grands, enfin on le beurre, on le farine et on le met dans le frigo

Une fois la génoise sortie du four, on va cueillir des fraises dans son jardin, moi c’était pas super drôle car il pleuvait et je suis rentré mouillé comme un nuage

Batte un demi litre de crème avec du sucre et mélanger délicatement  à la crème pâtissière
Découper la génoise en 2 avec un très long couteau
Poser la première moitié sur du papier pâtisserie sur une grande planche
Tartiner avec la moitié du mélange de crème sur 2 cm
Recouvrir avec l’autre moitié de génoise et retartiner sur 2 cm
Égaliser le bord en recouvrant soigneusement avec le reste du mélange
Éclabousser avec des amandes effilées légèrement colorées tout le tour
Décorer artistiquement avec des tranches de fraises le dessus du gâteau
Glisser sur l’assiette ronde qui se trouvait au frigo
Découper le papier qui dépasse et remettre au frigo jusqu’au moment où il est temps de nourrir les petites bouches affamées qui crient vraiment trop fort!

Sans oublier un joli massepain, des fleurs en sucres (prévoir une par enfants pour éviter plus de cris et de pleurs…) et des bougies évidemment!

Filet mignon cuisson basse température

Tarte à la rhubarbe

Un classique de chez… des souvenirs pleins les cuisines de grand-mamans! Souvenez-vous aussi du fameux gag où il est question d’un petit garçon qui demande à la boulangère si elle a de la tarte à rhubarbe aujourd’hui… Profitons de ces tiges encore quelques semaines!
Rhubarbe
1 ou 2 oeufs
Sucre
Crème entière
Cannelle pour les amateurs
Farine
Étaler la pâte et foncer une plaque
Piquer et recouvrir d’une bonne couche de petits dés de rhubarbe
Hop au four à 180 degrés C pendant 35 mn, pendant ce temps préparer le guélon – on est neuchâtelois ou pas, quai! Et les français prépareront une liaison avec la crème, les oeufs, le sucre et la cannelle. Pour les proportions c’est un peu difficile, je ne mesure plus… depuis le temps! Si vous ne vous en sortez pas, laissez nous un message 😉

Verser le guélon sur la rhubarbe et remettre au four 10 mn

Déguster froid, et pourquoi pas avec plein de crème fouettée!!

Improvisation autour de la rhubarbe

Ca remonte à quelques semaines déjà… mais c’est une bien belle histoire de gourmands 🙂

Bref, ça commence à 10h au Cardoche, un samedi matin, devant un expresso, quelques bouquins de cuisine et des mines réjouies vu que la journée s’annonce déjà fort bien. On papote, on cogite, on fait des listes et même des dessins… et bien entendu, on commence à avoir faim.

Après une fin de matinée passée au marché, chez Zanetta puis chez Vin libre, voici venu le temps de passer à l’étape réalisation. Bon, Vito vous a déjà mis en bouche avec notre plat de résistance qui était juste à tomber.

L’entrée, c’est pour un peu plus tard, mais je peux vous dire que c’était une réussite. Il s’agissait d’un filet de lotte sur son lit de légumes du marché et de son émulsion au gingembre.

Là, il s’agit d’une improvisation autour de la rhubarbe. L’idée était de reproduire un dessert vu sur une photo, mais sans la recette… On pouvait y voir un fond de biscuit ou quelque chose du genre, de la compote de quelque chose d’un peu rose voire rouge, des petites meringuettes mais surtout une espèce de coiffe par dessus la combine faite de caramel… punaise que c’est joli…

On commence par les meringues. Pour ça, une simple meringue à l’italienne comme pour les macarons (Etape 3). On s’arrête donc à l’étape 3 puis on met cette masse immaculée dans une douille avec un embout pas rond… Argh! Les mots me manquent pour définir la douille à meringuette. Ne reste plus qu’à douiller proprement et à enfourner dans un four préchauffé à 140°C pendant une quinzaine de minutes, mais faut vérifier… en fait, les meringuettes doivent se décoller de la plaque sans problème et la coque doit être légèrement durcie. Faut faire quelques tests, mais avec la masse réalisée vous avez tout le loisir d’en rater quelques unes pour affiner le processus de cuisson.2

Passons au biscuit. Comment faire? Ben disons que n’étant pas un lynx de la pâtisserie, voilà que j’entends dans mon dos: Ben fait une pâte à crumble. Hahaha que j’ai eu envie de répondre. Jamais fait de crumble de ma vie moi. Bon, on me dit que c’est une pâte qui contient autant de farine que de sucre que de beurre. Ok, je m’exécute. Et pour la cuisson? Silence… improvisation autour de la rhubarbe et du crumble que j’aurais du appeler cette recette (qui n’en est pas vraiment une faut avouer).
J’enfourne après avoir délicatement abaissé la pâte puis découpé de jolis cercles à l’aide d’un emporte pièce. Mon four étant un tantinet trop chaud, tout a fondu et rempli la plaque du four… argh! Que faire? Laisser tout ça durcir un peu et aviser par la suite? Ok, bon plan. Après un certain temps, cette pâte devient un peu plus homogène et donc maniable. Paf, trois coup d’emporte pièce sur la plaque et tout semble se passer pas trop mal. Bref, la recette n’est peut être pas très détaillée certes, mais là encore, des tests sont nécessaires ou  alors faut peut être trouver une recette et s’y tenir, pour une fois.
Ne reste qu’à faire un coulis de rhubarbe avec un peu de sucre et d’eau. Pour la partie du dessous qui est plutôt rose et lisse, on a mixé et ajouté du colorant histoire de contraster avec les morceaux de rhubarbe posés juste dessus qui eux sont cuits dans un sirop de sucre.
Ah ben voilà, les cheveux d’ange caramélisés… premièrement, j’étais bien content de ne pas faire ça chez moi. Vous vous doutez probablement que ça fout un sacré boxon 🙂 Pour cela, nous avons suivi ces bons conseils  trouvés sur youtube 🙂 Cheveux d’anges Part1 et Part2.
Amusez-vous bien! Et merci Laurent pour ces superbes photos 🙂

Tartine de saumon

Après le croque de secours et son mélange ketchup fromage oignons, continuons dans le registre vite, simple et bon avec un autre mélange de saveurs fort intéressant.

Je vous propose une tartine que je me fais plutôt lors de brunchs mais qui colle assez à l’image du truc vite fait en rentrant de soirée.
Il vous faudra 1 tranche de pain (de mie), de la mayonnaise, du saumon fumé, de l’aneth fraîche ou séchée et un oeuf.

Pour commencer faite bouillir de l’eau puis y tremper l’oeuf pendant 5 mn 15 à 5 mn 30 (quelle précision…)
Faites toaster votre tranche de pain puis la tartiner avec un peu de mayonnaise (ou un mélange yogourt nature et mayo). Y déposer une ou 2 tranches de saumon fumé, et un peu d’aneth.
Une fois le temps écoulé, sortir l’oeuf à l’aide d’une cuillère à soupe et le passer 10 s  sous l’eau froide, l’écaler, le déposer sur la tartine, et l’inciser, comme pour un fondant… un peu de fleur de sel et bon appétit.

Un petit truc pour écaler l’oeuf proprement, enlever la coquille sur un gros tiers, puis le détourer à l’aide d’une cuillère a café, il sort tout seul…

Tartine croustillante d’agneau

Les tartines, on les connait le plus souvent dans leur version la plus basique: une tranche de pain avec de la confiture. Mais avec un peu d’imagination… il est possible d’en faire de délicieuses entrées lors de vos repas entre amis. Si tout comme moi, vous en avez marre de manger du choux et autre raves… Je vous conseille de réaliser cette recette qui sent bon le soleil!


 Ingrédients pour 4 personnes:

  • 4 tranches de pain campagnard
  • 2 courgettes
  • 1 aubergine
  • ail
  • concentré de tomate
  • 1 oignon
  • thym
  • romarin
  • quelques feuilles de roquettes
  • 2 filets d’agneau
  • huile d’olive
  • beurre
  • piment d’Espelette
  • Sel de Guérande

Préparation:

Couper l’aubergine en petits dés. Dans une poêle bien chaude, faire revenir 3 gousses d’ails écrasées dans de l’huile d’olive pendant 2-3 minutes. Ajouter l’aubergine avec quelques branches de thyms et poursuivre la cuisson jusqu’à bonne coloration.Ajouter une cuillère à soupe de concentré de tomate avec 1dl d’eau. saler et poivrer et laisser réduire. Réserver.

Émincer un oignon et couper les courgettes en petits dés. Dans une poêle avec de l’huile d’olive, mettre les dés de courgettes à dorer à feu vif, puis réduire à feu doux quelques minutes avant de les sortir de la poêle. Les égoutter et les essuyer sur du papier absorbant et les réserver.

Dans une poêle bien chaude, faites revenir les filets d’agneau dans du beurre avec 3 gousses d’ail en chemise écrasée, une branche de romarin et 3 branches de thym. Avec une cuillère à soupe, arroser constamment les filets d’agneau avec ce beurre fondu parfumé. Réserver les filets dans du papier d’aluminium.

Sur une tranche de pain toasté, disposer une couche d’aubergines puis une couche de courgettes. Déposer quelques feuilles de ruccola. Couper le filet d’agneau en tranches très fine et les déposer sur la tartine. ajouter du gros sel. Poivrer. Déguster!