Archive for KA

Pumpkin Pie ou le soleil d’automne

Le soleil du mois de novembre… Thanksgiving approche et voilà que Carole, une gourmette de La Côte, me lance un défi de réaliser deux tartes à la courge, ou plus communément appelé Pumpkin Pie ! Comme le Thanksgiving officiel se fête dans deux semaines, j’ai pris un peu d’avance pour que vous soyez fin prêt le jour j.

L’année dernière, j’avais eu la chance d’être son commis et de réaliser une dinde traditionnelle de thanksgiving. Farce, cuisson, arrosage, découpe, etc. Tout y était passé. Et voilà que cette année, elle me demande de réaliser une pumpkin pie pour une vingtaine d’Américain-e-s ! La pression monte.

De plus, de toute honnêteté, je ne suis pas un immense fan de cette tarte. Mais un rollmops ne baisse jamais les bras face à un défi de cette taille. J’ai donc décidé de retrousser mes manches, d’étudier en détail la recette de Carole et de m’y mettre !

Voici la recette de Carole. Elle m’a gentiment autorisé à vous la transmettre. Je profite de ce message pour la remercier du fond du coeur. J’espère que je serai à la hauteur !

IMG_8208

Recette de base :

Pumpkin Pie (tarte à la courge)

450 gr de purée de potiron (j’ai utilisé une Butternut)

225 gr de sucre (brown sugar) – je ne l’ai jamais trouvé en Suisse. Je demande de m’en rapporter à chaque fois que quelqu’un part aux USA )

Bien mélanger ensemble (j’ai utilisé mon blender KA)

Diluez  dans quelques cuillères à soupe d’eau bouillante

1 ½ CC de cannelle

½  CC De chaque: gingembre, clou de girofle, noix de muscade et sel.

Ajoutez à la purée de potiron

Mélanger ensemble 3 œufs battus et 280 grams de crème épaisse.

Ajoutez le tout à l’appareil du potiron

Mettre dans votre pâte à tarte

Cuire à 180°C pendant environ 50 minutes

Laisser refroidir et servir frais avec de la crème chantilly

 

Je dois maintenant vous faire une confidence. N’étant pas un grand grand fan de cette tarte. J’ai décidé d’y apporter une touche rollmopsienne. Je trouvais régulièrement cette tarte un peu fade. J’ai donc remplacé le gingembre en poudre par du gingembre frais (1CC) et j’ai ajouté le zeste d’une demie orange bio.

Le deuxième secret est la recette de la pâte de mon copain David. Il m’a apporté une tarte aux pommes l’autre jour et sa pâte brisée était de toute beauté. Croustillante, un bon goût de beurre et bien compacte. Un régal, quoi !

La recette :

300 gr de farine blanche

150 gr de beurre

5gr de sel

15 gr de sucre

80 gr de lait.

Pour la réalisation, je vous laisse lire l’article de Greg de la pâte brisée

Si vous avez l’occasion de fêter Thanksgiving, n’hésitez surtout pas. C’est magnifique. Un repas traditionnel, familiale où l’on prend le temps d’être ensemble et de se retrouver. Une fête que nous pourrions organiser un jour les Potes and Rollmops. Qu’en pensez-vous ? car en terme de dinde je connais un loustique, membre des Potes and Rollmops, qui pourrait même nous la préparer frie…

A bientôt et bonne popotte

IMG_8211

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si vous voulez une version salée de tarte à la courge, c’est par ici!

Soufflé au fromage façon Ali-Bab

Oui oui, c’est normal il pleut, c’est le printemps… et pour les morilles c’est bien!

Je ne vous ai pas encore parlé du Ali-Bab. Il s’agit d’un gros bouquin de recettes de cuisine, papier bible, appelé Gastronomie Pratique, « Une bible gourmande en 5000 recettes ». L’auteur est Henri Babinski (1855-1931), un homme incroyable qui voyagea beaucoup. La première édition date de 1907. Le style est d’un autre temps et les recettes font parfois penser aux fastes des banquets royaux d’autrefois… ambiance Vatel garantie!

Pour ce soufflé je retranscris ici, à la lettre, la recette d’Ali-Bab:

Pour six personnes, prenez:

250 grammes de crème,
125 grammes de gruyère râpé,
30 g de beurre,
25 grammes de parmesan râpé,
25 grammes de fécule,
6 œufs frais,
muscade,
sel,
poivre fraîchement moulu.

Cassez les œufs; séparez les blancs des jaunes.
Mettez dans une casserole la crème, le beurre et la fécule; chauffez en mélangeant constamment jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse et homogène; assaisonnez au goût avec muscade, sel et poivre. Éloignez la casserole du feu; ajoutez les jaunes d’œufs, le gruyère et le parmesan; mélangez encore.
Battez quatre blancs en neige ferme, incorporez-les doucement à l’appareil en évitant de faire tomber la neige; versez le tout dans un plat creux légèrement beurré et poussez au four pas trop chaud. Vingt-cinq à trente minutes de cuisson suffiront.
Servez aussitôt.

Simple, et pour lui donner un côté moderne et actuel, ajouter un peu d’ail des ours ciselé et servir dans des ramequins individuels avec une jolie salade. Pour une recette de soufflé au fromage plus actuelle, il y a celle à Yann ici et pour la version au Bleuchâtel c’est ici!

Financiers au miel

C’est simple à préparer, c’est bon et c’est vite fait ! ou comment satisfaire la gourmandise des convives sans grand effort.

Cette recette que je vous partage je l’ai dénichée dans mon livre fétiche « easy Marx », éditions Minerva. Sa mise en page m’inspire et les recettes me font saliver. C’est simple mais efficace. Tout se ce que j’aime dans la cuisine !

Pour ces financier au miel, il faut vous munir d’un moule en silicone pour mignardise. A vous de choisir la forme souhaitée. Moi, j’ai choisi des petits cylindres pour les dévorer en une bouchée.

ingrédients pour 40 mignardises
1 gousse de vanille fraîche
88 g de beurre
155 g de sucre semoule
125 g de poudre d’amandes
4 blancs d’oeufs
30 g de miel
15 g de fécule de maïs

Préchauffez le four à 200°C
Coupez en deux la gousse de vanille dans la longueur et grattez-la avec la pointe d’un couteau, de façon à ne garder que les graines
Faites fondre le beurre jusqu’à qu’il prenne une légère coloration noisette. Réservez
Fouettez énergiquement le sucre, la poudre d’amandes et les blancs d’oeufs au bain-marie jusqu’à 36°C. Thierry Marx conseille de préparer le bain-marie dans une eau bien chaude mais supportable au toucher)
Incorporer ensuite le miel fondu et tiède, la fécule et, en dernier, le beurre noisette avec les graines de vanille.
A l’aide d’une poche à pâtisserie ou d’une cuillère, remplissez les moules.
Enfourner à 200°C pendant 7 à 8 minutes.

Parfait glacé à l’absinthe

Dernière émision avec nos chefs préférés…

Cette fois il s’agit du célèbre dessert neuchâtelois: parfait glacé à l’absinthe

En avant la musique!

Soufflés aux fromages

Ce mets classique de la gastronomie helvétique combine légèreté et goût. Déguster un nuage aux saveurs du Gruyère AOC donne un plaisir en bouche incomparable. Accompagnez ce menu léger d’un chasselas de qualité et vous serez comblés.

soufflé au fromage
Ingrédient pour 12 récipients ou 1 gros pour 4 personnes :

200 gr de fromages (Vacherin fribourgeois AOC et Gruyères AOC)
4 oeufs
60 gr de farine
60 gr de beurre
4 dl de lait
sel, poivre noir

Préchauffer le four à 200° (thermostat 7)
Séparer les blancs d’œufs des jaunes
Monter les blancs en neige très fermement, réserver
Faire fondre le beurre, puis ajouter la farine. C’est la réalisation d’un roux blanc
Incorporer le lait tiède, monter en température jusqu’à l’épaississement de la béchamel.
Transférer la béchamel dans un plat froid
Incorporer alternativement un jaune d’oeuf, un peu de fromage, un jaune d’oeuf, du fromage…
Intégrer le blanc d’oeuf en neige délicatement, petite dose par petite dose. Le gonflement de votre soufflé est en jeu à cette étape.
Cuire 15 minutes pour les petits récipients et 25 minutes pour un grand.

Belle dégustation

Pour une variante avec de l’ail des ours, c’est ici!

Pour une version en japonais, c’est ici !

 

Pan bagnat

Voila un sandwich fort célèbre, synonyme du soleil de la Côte d’azur…

Pour le pain, si vous n’en trouvez pas chez votre boulanger (c’est marrant comment on s’approprie certains artisans, le boucher, le fromager, le maraîcher etc), faites comme Yann le soir avant! J’ai essayé une fois avec les jolis pains portuguais de ma boulangère 😉 et c’était pas tout à fait la même chose… mais bon quand même…

Je ne viens pas de Nice donc vous pouvez pour une fois ne pas me faire confiance du tout!

J’ai choisis comme garniture:

tomate, poivron vert, oignon rouges frais, feuilles de basilic (ou pesto maison), olives noires, thon, anchois, œuf dur, huile d’olive, vinaigre de Jerez, sel et poivre.

Les photos parlent d’elle-même…. si vous partez en voyage, emballez chaque pain dans une serviette pliée en 2 avec un lien de rafia  pour faire tenir tout cela en place. Cela évite que la voiture sente fort le bord de mer en rentrant des vacances.

Brioche au mélilot des champs

Tien tien, il y a du 2H-1-benzopyrane-2-one dans le mélilot des champs… et ça tombe bien que j’ai envie de dire, je viens de recevoir un petit bocal de mélilot et j’adore le2H-1-benzopyrane-2-one 🙂

Notez que le 2H-1-benzopyrane-2-one est aussi connu sous le nom de coumarine que l’on retrouve dans la fève tonka ainsi que dans l’aspérule odorante…


Que peut-on donc bien faire avec du mélilot? La réponse dans le courriel du mois de juillet de Madame Judith Baumann… notez que le petit bocal en question provient de chez elle…

Voici donc la recette de la brioche au mélilot des champs… une révélation et un vrai régal 🙂
Pour commencer, cette recette ne s’adresse pas aux impatients. Il faut compter 2 jours pour réaliser ces deux magnifiques et succulentes brioches. Si vous comptez cueillir votre mélilot vous même, il faudra certainement prévoir encore quelques jours supplémentaires!

Ingrédients:
  • 400g de farine fleur
  • 8g de sel
  • 5g de levure
  • 4 oeufs + 1 pour la dorure
  • 4 cl d’eau
  • 35g de sucre
  • 2g de mélilot séché
  • 220g de beurre froid
Pour commencer, mélanger la farine, les oeufs, le sel, l’eau et la levure. Mélanger à petite vitesse au batteur  car la pâte ne doit pas dépasser 22°C. Lorsque la pâte est bien lisse, y ajouter délicatement le sucre, le mélilot puis par petits morceaux, le beurre très froid.
Lorsque la pâte est à nouveau lisse, la couvrir d’un film plastique et la laisser lever deux heures à température ambiante. Ensuite, il faut aplatir cette pâte pour chasser le gaz carbonique puis reformer une boule, la couvrir à nouveau d’un film plastique puis la laisser reposer une nuit au réfrigérateur.
Pour ma part, j’ai rêvé à cette brioche toute la nuit… c’était rudement bien, mais en vrai, c’est encore mieux 🙂 Bref, au petit matin, sortir la pâte du réfrigérateur, la séparer en deux et disposer ces deux pâtes dans deux moules à cake préalablement beurrés.
Recouvrir les deux moules d’un film plastique et laisser doubler de volume.
Dernière étape avant la dégustation, la cuisson au four, pendant 30 minutes à 220°C sans oublier de dorer au pinceau vos deux brioches avant d’enfourner. Et là, le miracle se produit… ça commence par une très agréable odeur dans la cuisine… les brioches montent en douceur et prennent une belle couleur… à ce moment précis, mon ventre fait grouik… pour un Rollmops, c’est un très clair signal… encore quelques minutes de patience…
Après cuisson, disposez les brioches sur une grille afin de les refroidir. Déguster tiède avec un peu de beurre salé ou ce qui vous passera par la tête à ce moment là…

Notez également que toasté, c’est vraiment très bon aussi… avec de la confiture d’abricot… hummmm

Miam!

Un fraisier pour Lilou

Un gâteau d’anniversaire qui a disparu bien plus vite que sa fabrication… Normal me diriez-vous c’est souvent le cas en cuisine, surtout lorsqu’il s’agit d’un gâteau avec plein de crème et de fraises.
Oui il y en a plein dans les jardins, c’est enfin la saison, alors profitons!!

Foncez en ramasser près de chez vous! Les neuchâtelois peuvent aller à Gals, du côté de Gampelen. Et vous profiterez de prévoir quelques bocaux de confiture pour le fameux pied de nez à l’hiver.

Prévoir une matinée en cuisine pour ce fraisier.

Commencer par faire une crème pâtissière avec de la vraie vanille selon une recette traditionnelle du livre de recettes de l’école familiale (oui vous pouvez rire…).

Pendant que cela refroidit, ha oui, il faudra brasser quelques fois pour éviter les mallots, faire une génoise, toujours avec le même livre de recettes (doubler les quantités)
Pour déterminer le diamètre du gâteau il faut trouver votre plus grande assiette plate et prévoir un endroit dans le frigo. Ensuite on ouvre le cercle en fonction  puis on contrôle si le four et la plaque (recouverte d’une plaque en silicone ou du papier pâtisserie) sont assez grands, enfin on le beurre, on le farine et on le met dans le frigo

Une fois la génoise sortie du four, on va cueillir des fraises dans son jardin, moi c’était pas super drôle car il pleuvait et je suis rentré mouillé comme un nuage

Batte un demi litre de crème avec du sucre et mélanger délicatement  à la crème pâtissière
Découper la génoise en 2 avec un très long couteau
Poser la première moitié sur du papier pâtisserie sur une grande planche
Tartiner avec la moitié du mélange de crème sur 2 cm
Recouvrir avec l’autre moitié de génoise et retartiner sur 2 cm
Égaliser le bord en recouvrant soigneusement avec le reste du mélange
Éclabousser avec des amandes effilées légèrement colorées tout le tour
Décorer artistiquement avec des tranches de fraises le dessus du gâteau
Glisser sur l’assiette ronde qui se trouvait au frigo
Découper le papier qui dépasse et remettre au frigo jusqu’au moment où il est temps de nourrir les petites bouches affamées qui crient vraiment trop fort!

Sans oublier un joli massepain, des fleurs en sucres (prévoir une par enfants pour éviter plus de cris et de pleurs…) et des bougies évidemment!

Soufflé au Bleuchâtel, brochette de ris de veau et Bloody Marilyn

Mais quelle étrange entrée… oui! A sortir que pour des occasions qui sortent (vraiment) de l’ordinaire! Un repas avec Marilyn Manson sera un très très bon prétexte 😉 Vous connaissez l’oiseau? C’est un chanteur actuel à succès… vous voyez maintenant?
Le soir avant mettre les ris de veau à dégorger au frigo dans de l’eau avec 1 cs rase de sel
Le lendemain bien les rincer, les blanchir 3 mn puis les refroidir 2 mn dans de l’eau avec des glaçons

Les débarrasser des membranes et compagnie
Les découper en petits morceau de la taille d’une grosse noisette
Les colorer dans une poële avec un peu de beurre à feux moyen
laisser refroidir

Monter sur des brochettes des bouchées entourées d’une demi tranche de lard
Réserver au frais.
Si vos invités sont végétariens, vous avez qu’à oublier cette première étape (pourtant si rigolote) à tout jamais… 
Pour 4 soufflés:

Beurrer et fariner 4 ramequins
Préparer une béchamel avec 20 g de beurre, 20 g de farine et 2.5 dl de lait
Ajouter 60 g de Bleuchâtel et un mini petit peu de cube de bouillon (toujours le Star si vous en avez encore)
Laisser fondre en touillant bien puis ajouter hors du feu 4 jaunes d’oeufs, réserver
Monter 4 blancs en neige, bien ferme.
Une fois vos invités tout bien installés, oui car on sait bien que c’est les convives qui attendent le soufflé et pas l’inverse! Mélanger délicatement les blancs à la masse au fromage puis remplir au 2/3 les ramequins
Enfourner 10 mn (plus ou) à 220 degrés C, four préchauffé.
Juste avant de remplir les ramequins, griller lentement les brochettes dans un tout petit peu d’huile d’olive ou de beurre et soupoudrer de cumin
Pour les amateurs d’absinthe, servir cette entrée étonnante avec un Bloody Marilyn ou Bloody MM:
Mélanger harmonieusement et selon votre gôut du jus de tomates, des glaçons, du tabasco et de l’absinthe.

Guimauve de Pâques à la vanille

Hey, mais bonjour Romane! Ce qu’elles sont jolies tes tresses, j’aime beaucoup et ça te va très bien…blabli, blabla…et ton pull rose, et ben tu sais quoi, il me fait penser à de la guimauve… tu aimes la guimauve?

blabli, blabla…
… et ça tombe bien, j’ai ce qu’il faut sous la main pour en fabriquer… miam!

Il faut donc:
  • 400 grammes de sucre (en morceaux si possible)
  • 75 grammes d’eau
  • 20 grammes de feuilles de gélatine
  • 50 grammes de blanc d’oeuf, le blanc d’environ 3 ou 4 petits oeufs, mais il faut tout de même peser pour que ça marche.
  • 2 gousses de vanille
  • colorant de votre choix. Notez que sans colorant, ça donne une très belle guimauve blanche mais bon, Romane avait un pull rose, alors je ne voulais pas la contrarier!
  • Sucre glace et maïzena pour la finition (mélange 50-50)
Dans une casserole, chauffer l’eau et le sucre jusqu’à une température de 125 degrés Celsius (oui, il faut un thermomètre).

Pendant ce temps, faites tremper la gélatine dans l’eau froide (environ 5 minutes). Battez également vos blancs d’oeuf au robot avec les graines des deux gousses de vanille jusqu’à ce qu’ils soient fermes.

Lorsque votre sirop de sucre atteint 125 °C, retirer du feu et y ajouter la gélatine égouttée et bien mélanger jusqu’à ce que celle-ci soit dissoute dans le sirop. Rapidement, verser le sirop sur vos blancs et continuer de battre cette incroyable masse jusqu’à ce qu’elle soit tiède (ni trop chaude ni trop froide pour pouvoir la travailler un peu et y donner un bel aspect. C’est pendant que ça tiédit qu’on peu ajouter le colorant à la masse.
Préparer une plaque avec du papier sulfurisé et un moule (idéalement rectangulaire) sans fond. Je n’en ai pas de rectangulaire alors du coup, j’utilise mon moule à charnière sans le fond.
Y verser cette masse incroyable comme vous pouvez… c’est assez marrant faut l’avouer… 2h au frais et bientôt terminé. Démouler ce bazar, toujours comme vous pouvez…
Découpez ensuite des lanières de 2 centimètres de largeur et saupoudrer les parties encore collantes avec un mélange sucre glace et maïzena. Pour terminer, découper vos lanières en petits cubes de la taille de votre choix et répéter l’opération avec le mélange sucre glace et maïzena sur les faces encore collantes.

Un bout de ficelle, un petit sachet, et hop 🙂 Amusez-vous bien…

Cette recette est tirée du livre Recettes pour tous les jours, Leçons de cuisine par Anne-Sophie Pic, une merveille. Merci maman 🙂