Archive for anniversaires

Nutella

« Tiens papa la maîtresse nous a donné une recette de Nutella sans huile de palme… » Comme elles sont biens les maîtresses de notre époque. Merci!

Avec les « Noisettes du domaine » offertes par ma sœur à Noël, cela sera parfait. Même qu’elles sont déjà décortiquées, merci aux petites mains 😉 La classe non! Avec cela j’ajoute de la vanilline italienne et du cacao en poudre Van Houten, les petits dadas à Madame Roberta. Mais vous pouvez très bien les remplacer par des produits de nos contrées.

Pour un pot moyen:

150 g de noisettes
100 g de chocolat au lait
60 g de sucre glace
1 cs de cacao en poudre
1.5 cs d’huile de noisette (colza ou tournesol)
1 cc d’arôme vanille (ou les graines d’une gousse de vanille)
1 pincée de fleur de sel

Griller les noisettes dans une poêle sans matière grasse environ 5 mn, cela doit sentir super bon.

Laisser refroidir les noisettes sur une assiette puis les shaker dans une boite en plastique fermée pour les monder. S’il reste encore des peaux brunes ce n’est pas si grave!

Fondre le chocolat et bien le lisser avec une maryse.
Mettre les noisettes dans le mixer et réduire en poudre fine puis ajouter le reste des ingrédients et continuer de mixer jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse.

Verser dans le pot et ne surtout pas mettre au frigo pour pas que cela devienne dur et granuleux.

Voilà un pot qui ne fera pas long avant d’être vidé.

Un fraisier pour Lilou

Un gâteau d’anniversaire qui a disparu bien plus vite que sa fabrication… Normal me diriez-vous c’est souvent le cas en cuisine, surtout lorsqu’il s’agit d’un gâteau avec plein de crème et de fraises.
Oui il y en a plein dans les jardins, c’est enfin la saison, alors profitons!!

Foncez en ramasser près de chez vous! Les neuchâtelois peuvent aller à Gals, du côté de Gampelen. Et vous profiterez de prévoir quelques bocaux de confiture pour le fameux pied de nez à l’hiver.

Prévoir une matinée en cuisine pour ce fraisier.

Commencer par faire une crème pâtissière avec de la vraie vanille selon une recette traditionnelle du livre de recettes de l’école familiale (oui vous pouvez rire…).

Pendant que cela refroidit, ha oui, il faudra brasser quelques fois pour éviter les mallots, faire une génoise, toujours avec le même livre de recettes (doubler les quantités)
Pour déterminer le diamètre du gâteau il faut trouver votre plus grande assiette plate et prévoir un endroit dans le frigo. Ensuite on ouvre le cercle en fonction  puis on contrôle si le four et la plaque (recouverte d’une plaque en silicone ou du papier pâtisserie) sont assez grands, enfin on le beurre, on le farine et on le met dans le frigo

Une fois la génoise sortie du four, on va cueillir des fraises dans son jardin, moi c’était pas super drôle car il pleuvait et je suis rentré mouillé comme un nuage

Batte un demi litre de crème avec du sucre et mélanger délicatement  à la crème pâtissière
Découper la génoise en 2 avec un très long couteau
Poser la première moitié sur du papier pâtisserie sur une grande planche
Tartiner avec la moitié du mélange de crème sur 2 cm
Recouvrir avec l’autre moitié de génoise et retartiner sur 2 cm
Égaliser le bord en recouvrant soigneusement avec le reste du mélange
Éclabousser avec des amandes effilées légèrement colorées tout le tour
Décorer artistiquement avec des tranches de fraises le dessus du gâteau
Glisser sur l’assiette ronde qui se trouvait au frigo
Découper le papier qui dépasse et remettre au frigo jusqu’au moment où il est temps de nourrir les petites bouches affamées qui crient vraiment trop fort!

Sans oublier un joli massepain, des fleurs en sucres (prévoir une par enfants pour éviter plus de cris et de pleurs…) et des bougies évidemment!

Nougat

La recette provient du blog à Piroulie!

Torréfier au four à 150 degrés C 250 g d’un mélange de noisettes, d’amandes et de pistaches (ajouter les pistaches après 10 mn)

Faire un sirop de sucre à 245 degrés C (oui il vaut mieux monter jusqu’à 145 pour ne pas faire du charbon… merci à nos chers lecteurs attentifs!)  avec 175 g de miel, 300 g de sucre et 2 cs d’eau

Battre 1 blanc en neige avec le KA puis verser le sirop brûlant
Ajouter les graines et bien mélanger à la main
Verser dans un plat rectangulaire (plat à gratin) recouvert de feuilles de papier hostie (rayon bonbons)
Étaler délicatement puis recouvrir d’une deuxième couche de papier
Presser avec une planchette pour faire beau plat
Laisser refroidir

Découper au grand couteau des jolis morceaux.

Crumble de rhubarbe

Pour la pâte allez chercher dans les casseroles de Carole!

Le principe de base est simple on sable du bout des doigts une part de sucre, une de farine, une d’amande en poudre et une de beurre salé froid en petits cubes. Avec certains fruits cela vaut le coup de grater une gousse de vanille pour un parfum de derrière les fagots.

Dans des ramequins on répartit la rhubarbe toute bien préparée comme pour la compote.

On recouvre de crumble et hop au four 15 mn à 180 degrés C.

Avec une boule de glace vous êtes assuré d’entendre une mouche voler pendant le dessert 😉

S’il vous reste de la pâte à crumble vous pouvez en recouvrir votre prochaine tarte aux fruits, cela lui donnera un je ne sais quoi de croustillant.

Compote de rhubarbe

La rhubarbe suisse a envahit nos paniers, les marchés, les potagers et les grandes surfaces, il est temps d’en abuser: confitures (en mai, sans fraises…), cakes, tartes, crumbles, improvisations… Oui, sans oublier les recettes salées, par exemple Jamie Oliver a une recette où la rhubarbe accompagne du lard frais et des nouilles, non ce n’est pas une hérésie!

Ici je vous parle juste d’une petite compote, vraiment toute bête, qui pourra accompagner du jogourt bio nature, une croûte dorée avec du sucre et de la cannelle, un pancake, une crêpe, une glace, un dessert avec des biscuits et de la crème fouettée… ou je ne sais pas quoi….
Tiges de rhubarbe toutes propres

Sucre
2 cs d’eau

Ne peler pas trop les parties rouges pour garder de la couleur à la compote
Couper en petits cubes et cuire le tout 5 à 7 mn dans une casse à couvert
Laisser refroidir.

Pour les variantes on peut penser à la cannelle, la vanille, aux poivres, un sorbet, aux sirops maisons, aux raisins secs, ou autres fruits secs, au chocolat, l’anis, la fève tonka, au sirop d’érable, au gingembre…

Guimauve de Pâques à la vanille

Hey, mais bonjour Romane! Ce qu’elles sont jolies tes tresses, j’aime beaucoup et ça te va très bien…blabli, blabla…et ton pull rose, et ben tu sais quoi, il me fait penser à de la guimauve… tu aimes la guimauve?

blabli, blabla…
… et ça tombe bien, j’ai ce qu’il faut sous la main pour en fabriquer… miam!

Il faut donc:
  • 400 grammes de sucre (en morceaux si possible)
  • 75 grammes d’eau
  • 20 grammes de feuilles de gélatine
  • 50 grammes de blanc d’oeuf, le blanc d’environ 3 ou 4 petits oeufs, mais il faut tout de même peser pour que ça marche.
  • 2 gousses de vanille
  • colorant de votre choix. Notez que sans colorant, ça donne une très belle guimauve blanche mais bon, Romane avait un pull rose, alors je ne voulais pas la contrarier!
  • Sucre glace et maïzena pour la finition (mélange 50-50)
Dans une casserole, chauffer l’eau et le sucre jusqu’à une température de 125 degrés Celsius (oui, il faut un thermomètre).

Pendant ce temps, faites tremper la gélatine dans l’eau froide (environ 5 minutes). Battez également vos blancs d’oeuf au robot avec les graines des deux gousses de vanille jusqu’à ce qu’ils soient fermes.

Lorsque votre sirop de sucre atteint 125 °C, retirer du feu et y ajouter la gélatine égouttée et bien mélanger jusqu’à ce que celle-ci soit dissoute dans le sirop. Rapidement, verser le sirop sur vos blancs et continuer de battre cette incroyable masse jusqu’à ce qu’elle soit tiède (ni trop chaude ni trop froide pour pouvoir la travailler un peu et y donner un bel aspect. C’est pendant que ça tiédit qu’on peu ajouter le colorant à la masse.
Préparer une plaque avec du papier sulfurisé et un moule (idéalement rectangulaire) sans fond. Je n’en ai pas de rectangulaire alors du coup, j’utilise mon moule à charnière sans le fond.
Y verser cette masse incroyable comme vous pouvez… c’est assez marrant faut l’avouer… 2h au frais et bientôt terminé. Démouler ce bazar, toujours comme vous pouvez…
Découpez ensuite des lanières de 2 centimètres de largeur et saupoudrer les parties encore collantes avec un mélange sucre glace et maïzena. Pour terminer, découper vos lanières en petits cubes de la taille de votre choix et répéter l’opération avec le mélange sucre glace et maïzena sur les faces encore collantes.

Un bout de ficelle, un petit sachet, et hop 🙂 Amusez-vous bien…

Cette recette est tirée du livre Recettes pour tous les jours, Leçons de cuisine par Anne-Sophie Pic, une merveille. Merci maman 🙂

Chocolat chaud à la fève tonka

Pour les amateurs de bon chocolat, de saveurs riches et intenses, de parfums subtils et d’émotions fortes, voici une petite préparation simple et rapide pour changer un peu de ce déprimant Suchard express…

Pour deux grandes tasses:
– 6 décilitres de lait de nos montagnes,
– 1 décilitre de crème de nos montagnes aussi,
– 100 grammes de bon chocolat noir (Madagascar par exemple)
– 1 fève tonka
– deux cuillers de bon miel

Faites chauffer à feu doux le lait et le chocolat. Y râper votre fève tonka sans vous râper les doigts, c’est meilleur.

Bien mélanger jusqu’à ce que le chocolat soit fondu. Notez que c’est pas des colles quand je dis à feu doux. Si on chauffe trop vite, le chocolat risque de partir en cacahuète et c’est vraiment pas le but…

Lorsque le mélange est fumant et bien homogène, y ajouter la crème et bien mélanger. Laisser chauffer encore une ou deux minutes pour que le chocolat soit bien chaud.

Utilisez une passoire fine pour verser votre succulent breuvage dans vos plus jolies tasses histoire de filtrer les petits morceaux de fève tonka et ainsi obtenir un liquide lisse et soyeux.

Servir tout ça avec une cuiller de miel et régalez-vous.

Tarte aux noisettes sans histoire!

Tûûûûûûûûûût… Tûûûûûûûûûût… Tûûûûûûûûûût… Tûûûûûûûûûût…

– Allô?
– Hey, la mam’s, c’est Guillaume
– Oh mon chéri, comment vas-tu?
– Ben disons que ça va pas trop mal, mais j’avais envie de douceur
   et j’ai repensé à ton gâteau aux noisettes et…
– Ah, la recette de la cousine Charlotte… tu veux que je t’en prépare un?
– Tu sais maman, c’est pas exactement ça…
– Quoi? Tu veux pas venir boire le thé chez ta mère?
– …
– T’es là?
– Oui maman, mais en fait, j’aurais bien voulu le préparer moi-même ce gâteau…
– Ah, évidement, suis-je sotte!
– …
– T’es là?
– Oui oui… tu sais, ce serait vraiment tip-top si tu pouvais me transmettre cette recette.
   Ca me rappellera ces fameux quatre heures que tu préparais, avec du thé à la cannelle…
   hummm… c’est comme si j’y étais.
– Bon d’accord, t’es tellement chou!
– …
– T’es là?
– Oui oui… super, je t’écoute
– Alors, tu commences par faire tremper 12h au frais 150 grammes de noisettes moulues
  dans 2.5 décilitres de lait avec 130 grammes de sucre et une cuiller à café de
  sucre vanillé. 
  Ensuite, tu prépares soit une pâte brisée sucrée soit une pâte mi-feuilletée.
  Puis, tu ajoutes 60 grammes de beurre fondu tiède et un oeuf battu au mélange
  lait-sucre-noisettes. Tu mélanges bien. Là, tu abaisses ta pâte, tu la piques à
  la fourchette et tu y déposes les noisettes.
  Hop, tu enfournes tout ça dans ton four préchauffé (bien chaud) jusqu’à ce que
  le dessus de la tarte soit bien brun et croustillant.

– Wouah, quelle mémoire dis donc.
– Bon, arrête tes histoires, tu sais très bien que j’avais paumé la recette et qu’il m’a
   fallu 3 jours pour la retrouver et me rendre compte qu’on n’arrivait presque
   plus à la lire… La mise en scène du téléphone pour ton blog, c’est du flan.
– …
– T’es là?
– Oui oui… alors maman, si tu lis ce poste, ne te formalise pas trop, j’ai un peu raconté
   n’importe quoi en guise d’intro certes, mais faut quand même que tu saches
   que ton gâteau est meilleur que celui que je viens de préparer…
   Je passe un de ces jour pour boire le thé 🙂 Et merci pour la recette…
– Oh, t’es trop chou
– …
– T’es là?
– Oui oui maman… bon, faut que je te laisse et si tu remets la main sur ta recette
  de flan au caramel… enfin, merci pour tout, je t’embrasse
– A bientôt mon chouchou
Tûûût…  Tûûût…   Tûûût…  Tûûût…

cupcakes

Je ne souhaite en aucun cas concurrencer les sites spécialisés aux cupcakes. Il y en a tant. Je voulais, par ailleurs, partager avec vous les gâteaux que j’ai confectionné avec deux enfants (4 ans) pour mon anniversaire.
La recette de base a été prise sur le site www.cupcakes.fr et pour le glaçage j’ai improvisé sur une base de blanc en neige avec du sucre glace et des colorants alimentaires.

Voici la recette pour le gâteau de base :

Pour 13 Cupcakes

2 groupes d’ingrédients :

1e groupe
140g de farine
60g d’amidon
2 cuillers à café de levure
150g de sucre
1/2 cuiller à café de sel

2e groupe
3 jaunes d’oeufs
90ml de lait
2 cuil.café de sucre vanillé
90g de beurre

Préchauffer le four a 180°C
Beurrer le moule à muffin ou utiliser des caissettes en papier.
Regrouper le premier groupe d’ingrédients et les mélanger dans un saladier.
Ajouter 90g de beurre et malaxer du bout des doigts jusqu’à ce que la patte ne soit que petit poids 🙂
Verser le lait pendant que vous mixerez avec un batteur électrique. Battez pendant 2 minutes.
Continuer de battre en rajouter les jaunes d’oeufs un à un.
Remplisser les caissettes aux 2/3
Laisser cuire 18 minutes.

Ganache chocolat

Ingrédients pour 50 macarons

120 g de chocolat à 72%
80 g de beurre
30 g de crème
Faire fondre le chocolat au bain-marie;
Incorporer le beurre et mélanger jusqu’à obtenir un masse brillante;
Incorporer la crème puis mélanger;
Mettre le tout dans un plat puis recouvrir d’un papier film;
Laisser refroidir.