Potes and Rollmops attitude

<< >>

Saumon mariné à l’aneth – saumon gravlax

J’ai découvert cette manière d’apprêter le saumon en 95 lors de ma préparation d’exas de maths en deuxième année d’Uni.  J’étais tombé à la biblio sur le fameux « Pour en

Les macarons

Oui, les macarons font désormais partie de notre nourriture quotidienne 🙂 Ceci dit, il faut néanmoins quelques ratages pour enfin trouver les bons gestes, les bonnes consistances, les bonnes températures…

Pumpkin Pie ou le soleil d’automne

Le soleil du mois de novembre… Thanksgiving approche et voilà que Carole, une gourmette de La Côte, me lance un défi de réaliser deux tartes à la courge, ou plus

Cigale de mer, brunoise de courgette, émulsion parfumée au gingembre

Voici une recette oh combien délicieuse… Que je n’arrête plus de préparer en entrée à mes convives en ces périodes festives! Pour cette recette, je me suis inspiré d’une recette que

Japanese Cooking Session #2 – Osechi Ryōri

A la fin de l’année, chacun s’est délecté à déguster des bons petits plats durant les fêtes de fin d’année? Je vous invite à la suite de la lecture de

Moelleux au chocolat

Ingrédients pour six petits moelleux : 2 oeufs 100g de beurre 100g de chocolat noir 2 cuillères à soupe de cacao amer 70g de sucre 50g de farine 2 pincées

Recette de raviolis maison aux cèpes

  Pour la pâte à ravioli : 250g de farine de blé dur 250g de farine blanche 1 càs d’huile d’olive 1 càs de lait 5 Œufs (indispensable pour le

Soufflé glacé à l’absinthe

Recette très célèbre du côté de Neuchâtel… 2.5 dl de crème entière 0.5 dl de fée verte du Vallon 3 oeufs 150 g de sucre 1 bâton de vanille Battre la

Petites volailles à la truffe blanche

J’avais commandé une truffe blanche à Julien (merci) qui est parti faire ses courses au Piémont au Grand Marché Mondial de la Truffe d’Alba…. n’exagérons rien! Du coup je vous

Une dinde de Noël

La dinde de Noël est l’apothéose culinaire du mangeur de volaille. C’est une occasion unique, pour celui qui popote, de nourrir, qu’avec un oiseau, une épéclée d’amateurs de volaille. Et il

Oranges confites au chocolat

Un coup de bluff… Confire des tranches d’oranges dans un sirop épais pendant 2 heures à très très petit feu…on ne fait pas du caramel cette fois… Les laisser sécher

Huîtres coquettes

Ces derniers temps, lors d’émissions culinaires, on entend souvent parler de cuisine moléculaire. Je me suis demandé comment ça marchait et plus précisément ce qu’était la sphérification? Du coup ,

Tartare de palée saveurs anisées

Variation de notre célèbre tartare de poisson pour les portes ouvertes des caves de la Ville de Neuchâtel de samedi passé. Ici servi en verrine avec une mayonnaise légère, couleur pistache et quelques

Terrine de foie gras aux figues

Figues: – 20 petites figues, 2dl de pinot noir – 50 g de sucre – 1 zeste d’orange et citron, env. 5cm à l’éconôme – 1 bâton de canelle –

Cigales de mer en 2 cuissons & risotto au champagne, framboises et truffe blanche

Après notre recette classique avec la sauce au gingembre, voici une petite variation autour des queues de cigale. Qu’est ce que c’est bon! Je vais faire un effort cette fois et vous donner

Les types de farines de blé

IMG_4885

Pour cette nouvelle année les Potes and Rollmops décident de se pencher sur les différents types de farines de blé appelé aussi froment. Après avoir parlé de levain ici et et de quelques techniques boulangères, il n’est jamais trop tard de s’intéresser d’un peu plus près au taux d’extraction des céréales lors de la fabrication des farines.

Suisse France Taux d’extraction (*) Taux de cendres (**)
Dénomination Type Dénomination Type
Farine fleur T 400 Farine blanche T 45 68% < 0.5 %
Farine blanche T 550 Farine blanche T 55 74% 0.50-0.60 %
Farine mi-blanche T 720 Farine blanche T 65 78% 0.62-0.75 %
Farine mi-blanche T 720 Farine bise T 80 82% 0.75-0.9 %
Farine bise T 1100 Farine complète/ semi-complète T 110 85% 1.00-1.20 %
Farine complète T 1900 Farine intégrale/ complète T 150 94% >1.40 %

(*) Plus le taux d’extraction est grand plus la farine est complète. Pour approfondir le sujet voici une page du blog de Pain Suisse, très bien faite avec une jolie infographie.

(**) Il s’agit de la matière sèche après incinération. En résumé, plus la farine est raffinée, moins elle contient de son et donc moins sa quantité en matière sèche après incinération sera grande. Pour bien comprendre le mode opératoire de la mesure et améliorer votre compréhension du sujet voici un lien sur le site d’un expert français de l’analyse des farines.

Souvent la liste des ingrédients des recettes exige un type de farine précis et souvent la prise de tête n’est pas loin… Voici enfin un tableau qui vous permettra de voyager les idées claires en Europe:

Suisse France Allemagne Italie
Dénomination Type Dénomination Type Type Typo
Farine fleur T 400 Farine blanche T 45 T 405 T 00
Farine blanche T 550 Farine blanche T 55 T 505 T 0
Farine mi-blanche T 720 Farine blanche T 65 T 1
Farine mi-blanche T 720 Farine bise T 80 T 1050
Farine bise T 1100 Farine complète/ semi-complète T 110 T 1700 T 2
Farine complète T 1900 Farine intégrale/ complète T 150 T 1700 T integrale

Ceci dit, nous vous conseillons vivement de trouver des farines de hautes qualités en privilégiant les circuits courts. Pourquoi pas en allant directement chez un agriculteur ou en dégotant un moulin artisanal…

Focaccia

Focaccia1   

Cette recette est largement inspirée d’une recette du Grand livre de la Boulangerie aux Editions culinaires.

Dans la série des pains au levain continuons avec ce célèbre pain plat d’origine italienne, moelleux, garni ou traditionnellement assaisonné avec de l’huile d’olive, du romarin frais et de la fleur de sel. Il est considéré comme la version italienne de la fougasse française. Il accompagnera vos apéros et vos frichtis et va vous propulser au firmament, attention au mal de tête !

Je ne vous explique plus comment rafraîchir et prendre soin de votre levain ! En principe vous avec déjà bien fait connaissance avec lui et vous êtes incollables… Si ce n’est pas encore tout à fait le cas je vous laisse réviser et faire vos gammes avec l’excellent article que voici ! Vous commencez votre focaccia le jour avant.

Focaccia4

Pour deux pièces ou une grande focaccia:

Si vous en mangez qu’une vous pouvez parfaitement congeler la deuxième… vous la repasserez au four pour la servir encore tiède.

Focaccia2

Ingrédients pour le pétrissage :

  • Farine à pain 440 g
  • Flocons de pdt 50 g (pas de panique il s’agit de flocon de pdt pour la purée, il existe en bio et il faut boycotter la marque que vous savez !)
  • Eau froide 350 g
  • Sel 10 g (ajouter juste avant le pétrissage)
  • Levure 3.5 g
  • Levain liquide 75 g
  • Bassinage : 25 g eau et 35 g d’huile d’olive

Mélanger environ 3 mn à la vitesse 1 de votre robot, tout sauf le sel.

Pétrir environ 6 mn à la vitesse 2 cette fois vous ajoutez le sel.

A la fin du pétrissage ajouter 25 g d’eau (si ce n’est pas assez humide) et 35 g d’huile d’olive en bassinage. Cela signifie qu’il faut l’ajouter tout tranquillement, en filet, sans se presser.

Pointage : 2 heures à température ambiante, rabattre deux fois : une première fois après une heure et une seconde à la fin des deux heures puis mettre au frigo, à couvert jusqu’au lendemain.

Le matin avant votre apéro ou votre torrée vous sortez votre pâte du frigo, vous partagez en 2 pâtons identiques de 500 g. Attention de ne pas déchirer la pâte et de bien fariner votre plan de travail pour éviter les énervements !

Façonner les pâtons en les allongeant en rectangles de 10 x 34 cm. Vous noterez ici la grande précision des mesures ! On termine en déposant délicatement les rectangles sur une plaque recouverte de papier sulfu.

Apprêt d’environ 90 minutes, couvert d’un linge.

Faire des trous avec les doigts puis huiler légèrement et parsemer d’un peu de fleur de sel.

Cuisson à 250°C, environ 14 minutes avec un petit coup de buée à l’enfournement.

Laisser refroidir sur une grille à la sortie du four.

Focaccia3

Idées de garniture ou de farces :

13 olives vertes ou noires dénoyautées et découpées

10 tomates cerises coupées en 2 et graines de pavot

Romarin frais

Cumin, oignons, lardons

Thon en boîte

Poivron, courgette

Artichauts en conserve … c’est ici que cela commence à être intéressant, bonne popotte!

Kouign Amann

Le pain au levain c’est bien mais ça manque de gourmandise de temps en temps et de technique boulangère pour les aficionados.

Read more

Pain au Levain, le classique

Vous l’aurez peut-être remarqué, mais notre article sur le pain au levain ne donne aucune recette de pain… et c’est franchement pas sympa nous en convenons!

Voici de quoi nous rattraper, en espérant que la recette ci-dessous vous permette de réaliser votre premier pain au levain… c’est le classique, car il n’y a pas de combine particulière a effectuer pour sa réalisation.


IMG_1728

C’est un classique inspiré du Grand Livre de la Boulangerie en référence dans l’article sur les techniques de base de boulangerie qui s’appelle pain de Lodève. Le pain de Lodève original nécessite une mise en forme un peu particulière. Ici, c’est une boule classique suivi d’un coup de lame courbe dans la largeur du pain.

Pour réaliser ce pain, voici ce qu’il vous faut:

  • Farine fleur: 330 g (recette originale)
  • ou:
    • Farine blanche: 200g
    • Farine de votre choix (engrain, épautre, petit épautre, blé complète, amidonnier): 130g
      sur la photo, on voit des petites graines, c’est la farine Valruz du moulin du Val-de-Ruz.
  • Eau: 185g (voire un peu plus si vous mélangez la farine fleur avec de la farine complète). Yann met 195 grammes et moi, je m’adapte!
  • Sel: 9 g
  • Levure (facultatif): 2 g
  • Levain liquide: 200 g

Marche à suivre avec exemple de timing:

Jour 1, à midi: Préparation du levain tout point

  • Sortir son levain chef du frigo
  • En prélever 100g (la moitié de ce qu’il faut pour la recette) et le mettre dans un autre bocal.
  • Compléter son levain chef avec 50g d’eau, 50g de farine de seigle. Là, on a la même quantité de levain qu’au départ…
  • Ajouter 50g d’eau et 50g de farine de seigle à ce que l’on vient de prélever. Là, on a exactement ce qu’il nous faut pour notre recette.
  • On laisse les deux bocaux quelques heures à température ambiante… et là, magie, des bulles se forment, notre levain pète la forme, il a doublé voire triplé de volume, c’est super et on va pouvoir passer à la suite! Notez que par quelques heures, il faut compter environ 6h, mais si c’est un peu plus, pas de problème.

Jour 1, en fin de journée: Préparation de la pâte à pain

 

  • Mélange:
    • Tous les éléments sauf le sel
    • 8 minutes en vitesse 1 (KitchenAid)
  • Pétrissage:
    • On ajoute le sel
    • 2-3 minutes en vitesse 2
  • Pointage
    • On sort la pâte de la cuve du batteur (avec les mains passées sous l’eau froide, ça ne colle pas!) et on la dispose dans un plat ou un saladier.
    • 1h-1h30 à température ambiante, avec un linge humide par dessus.
  • Rabat:
    • On donne quelques rabats à notre pâte… ça veut dire qu’on la replie sur elle même 5-6 fois, elle devrait choper de la tenue.
  • Pointage, suite:
    • Toujours avec un linge humide, on continue le pointage au frigo, entre 12 et 18h

Jour 2, le matin:

  • On sort notre pâte du frigo, et si besoin, on pèse nos pâtons si on fait plusieurs pains (opération de pesage), et on fait de jolies boules (pâtons)
  • Détente: 1h à température ambiante, avec le linge humide
  • Façonnage: Là, on forme notre boule de pâte et on la dispose dans un banneton préalablement fariné (si on en a un) tourne-à-gris (la soudure contre le haut, le dessus du pain – joli côté – contre le bas du banneton)… si on a pas de banneton, sur une plaque de cuisson, tourne-à-clair (le beau côté dessus) et on peut légèrement le fariner.

IMG_0240

  • Préchauffer le four à 250°C (avec la pierre de cuisson dans le bas du four, si on en a une).
  • Apprêt: on laisse notre pain reposer encore 45 minutes à 1 heure à température ambiante.
  • Avant d’enfourner: On retourne le banneton sur notre pelle à enfourner si on dispose d’une pierre de cuisson (le joli côté est maintenant dessus) ou sur une plaque de cuisson histoire d’éviter de foutre le banneton au four… ça peut arriver si on est encore un peu endormi… … s’il est déjà sur sa plaque de cuisson, on ne fait rien.

IMG_0241

  • Coup de lame: Comme vous voulez, c’est la signature de l’artisan!
  • Cuisson: On enfourne, dans le bas du four, et on jette un verre d’eau au fond du four pour le coup de buée… ça nous donnera une belle croûte bien croustillante. Cuisson, 35 minutes.
  • Ressuage: Sur grille

Voilà, plus qu’à déguster avec du beurre de la fromagerie des Reussilles ou d’ailleurs…

 

Pâtes Fermentées et Poolish

Voici un court article sur les pâtes fermentées et le poolish qui entrent dans la composition de quelques-unes de nos recettes de pains, brioches et autres joyeusetés boulangères.

IMG_0122

Pâte fermentée

Pour environ 300 grammes de pâte fermentée:

  • Farine fleur: 200 g
  • Sel: 4 g
  • Levure: 2 g
  • Eau: 120 g

Préparation:

  • Mélanger sans pétrir (10 minutes vitesse 1 du KA) quelques minutes histoire que la pâte fermentée devienne lisse
  • Mettre la pâte dans un récipient plus haut que large
  • Pointage: 1h-1h30 à température ambiante, puis 24h au frigo… peut se conserver deux jours au frigo.

Pâte fermentée viennoise

Pour environ 350 grammes de pâte fermentée viennoise:

  • Farine fleur: 200 g
  • Sel: 4 g
  • Sucre: 10 g
  • Levure: 6 g
  • Beurre: 15 g
  • Eau: 120g

Préparation:

  • Mélanger sans pétrir (10 minutes vitesse 1 du KA) quelques minutes histoire que la pâte fermentée devienne lisse
  • Mettre la pâte dans un récipient plus haut que large
  • Pointage: 1h-1h30 à température ambiante, puis 24h au frigo… peut se conserver deux jours au frigo.

Poolish

Pour environ 300 grammes de poolish:

  • Farine fleur: 150 g
  • Farine bise: 50 g
  • Eau tiède: 160 g
  • Levure: 3 g

Préparation:

  • Mélanger sans pétrir (10 minutes vitesse 1 du KA) quelques minutes histoire que la poolish devienne lisse
  • Mettre la poolish dans un récipient plus haut que large
  • Pointage: 1h-1h30 à température ambiante, puis 24h au frigo… peut se conserver deux jours au frigo.

Voilà, c’est tout… des recettes vont suivre.

 

La pizza au levain

Bon, c’est pas tous les jours foie-gras champagne, mais ça ne veut pas dire qu’un Rollmops se laisse aller à la glandouille et à la malbouffe, surtout en cette période de confinement.

Voici donc la mise en pratique de la fameuse pizza au levain de Patrick Ryan… il faut le voir à l’oeuvre, on apprend un tas de trucs et astuces pour un résultat trop trop bon (et beau aussi).

IMG_2125

Bon, là faut avouer, c’est un peu la pizza fond de frigo, mais même avec une garniture un tantinet minimaliste, on s’en relèverait la nuit…

La pâte, pour environ 4 à 5 pizzas ou pizze c’est selon!

  • Farine fleur: 500g
  • Farine de blé dur: 50g
  • Eau: 335g
  • Levain tout point liquide: 200g
  • Sel: 10g
  • Levure fraîche: 1g (facultatif)
  • Huile d’olive: 50g

On mélange le tout sans pétrir, avec une spatule en bois et on fini avec les mains.

Puis hop, dans le frigo avec un linge humide par dessus… pendant 24h.

  • Pesage: 4 pâtons de 280g
  • Mise en forme: bouler
  • Détente: 1h
  • Façonnage: en galette, mais faut voir la vidéo!
  • Garniture: Là, c’est fond de frigo ou selon les envies… mais moi j’aime les câpres sur la pizza, les oignons rouges et la mozzarella di buffala aussi et je fais une sauce tomate un poil pimentée…

IMG_2124

  • Cuisson: là aussi, la vidéo et très claire… et ça marche du tonnerre.
    • C’est 4-5 minutes dans un four préchauffé au max, idéalement sur une pierre de cuisson placée ai milieu du four.

Bonap… et désolé pour votre nuit, elle sera entrecoupée de tranches de pizza froide!

Baguettes Campagnardes

Après un long article sur le levain et autres techniques boulangères, voici de quoi faire des baguettes succulentes… à accompagner de beurre et de jambon cru de chez Zanetta, ou de moutarde maison (article à venir), de cornichons au vinaigre et d’un peu de jambon cuit ou de viande séchée des Grisons…

IMG_2126

Pour 4 baguettes de 300 grammes chacune:

  • Farine blanche: 570g
  • Farine d’épautre/engrain/blé complète (selon vos envies): 100g
  • Eau: 430g
  • Sel: 14g
  • Levure (optionnel): 4g
  • Levain tout-point liquide: 100g

Marche à suivre:

  • Mélange (eau + levain + farines + levure): 8 minutes, vitesse 1 (Kitchen Aid)
  • Pétrissage (+sel): 2-3 minutes, vitesse 2
  • Pointage à température ambiante: 1h30
  • Rabat
  • Pointage au frigo: 12 à 18h
  • Pesage: 4 pâtons de 300g
  • Mise en forme: ovale
  • Détente: 1h
  • Façonnage, en baguettes, et déposer sur grille
  • Apprêt – tourne à clair (soudure dessous) et saupoudrer de farine
  • Cuisson: 20 minutes à 250°C (n’oubliez pas le coup de lame, trois coups quasiment parallèles (angle de 15°) à la baguette qui se chevauchent).
  • Ressuage, sur grille

IMG_2149

Cette recette est tirée de l’excellent livre de Jean-Marie Lanio, Thomas Marie et Patrice Mitaillé: Le grand livre de la boulangerie.

Le bon pain au levain – les bases

Le pain, mais le pain oui c’est évident, le pain c’est la vie!

IMG_1321

Et ceci est d’autant plus pertinent par les temps qui courent. Comme vous l’avez sans doute remarqué, la boulangerie semble occuper une place de choix dans de nombreux ménages vivant leur confinement sans toutefois renoncer aux joies des bonnes odeurs de pain frais.

Cet article sur le pain au levain est le premier d’une série d’articles sur la boulangerie que les Potes and Rollmops avaient envie de partager avec vous depuis un certain temps déjà. Voilà qui est désormais chose faite.

Le pain c’est quoi? De l’eau, de la farine, de la levure ou du levain (ou les deux) un peu de sel et basta. Malgré la simplicité apparente des ingrédients, le processus pour obtenir un pain merveilleux nécessite toutefois quelques explications, un peu de matériel, de la pratique et surtout beaucoup d’amour!

Matériel

Vous trouverez ci-dessous la liste des quelques outils que j’utilise régulièrement… rien n’est vraiment indispensable, mais je trouve que ça aide sensiblement pour la réalisation de beaux pains. Ils sont souvent bons, mais le caractère esthétique compte aussi… à vous de voir (ah, et les Potes and Rollmops ne retirent aucun bénéfice avec ce placement de produit… nous sommes neutres et indépendants!)

  • Un banneton rond pour les pains classiques. J’utilise régulièrement le banneton rond de 21cm de diamètre et 9cm de hauteur (pains de 500-600g) et parfois celui de 24cm, mais c’est vraiment grand pour mon quotidien… pour famille nombreuse je dirais.
  • Le banneton couronne pour la couronne bordelaise (la recette viendra un peu plus tard) et juste incroyable aussi… j’utilise celui de 30cm.
  • Une plaque à baguette pour… les baguettes (si si!)
  • Une pierre de cuisson (Laib und Seele ou bakingsteel)
  • Un pétrin électrique type KitchenAid
  • Quelques bacs en inox type plats à gratin pour faire lever la pâte au frigo.

IMG_2151

Farines

Sans entrer dans les détails, et vous vous en doutez certainement, la qualité de la farine est primordiale. Une bonne farine permettra une absorption optimale de l’eau, de développer une belle élasticité et bien évidemment un goût digne des meilleures boulangeries (enfin j’exagère peut-être un peu, mais la farine, c’est important voilà tout).

Aussi, voici quelques recommendations pour les habitants de la région de Neuchâtel.

Levain

Pour bien commencer, il faut savoir que le levain est vivant, et qu’il faudra s’en occuper pour qu’il vous accompagne pendant le restant de vos jours ainsi qu’à ceux de vos descendants. Le levain n’est autre qu’un mélange d’eau et de farine qui fermente. Question fermentation, on distingue deux types de fermentation qui donnent donc deux types de levain… ça semble compliqué, mais à l’usage on s’y habitue.

IMG_2177

Levain liquide

Fermentation lactique, qui donne une mie plus alvéolée et un goût moins prononcé que le levain dur.

Préparation

La préparation du levain liquide consiste à mélanger de la farine et de l’eau en parts égales et de le « rafraîchir » à intervalles réguliers. Il est possible de démarrer son levain avec un peu de miel, mais ça marche aussi avec uniquement de la farine et de l’eau.

Rafraîchir son levain consiste à en prélever la moitié et à y ajouter l’équivalent de ce qui a été prélevé en part égale eau-farine.

Vous noterez qu’il existe des tas de variantes pour faire son levain, avec différentes sortes de farine, des temps d’attente entre les rafraîchis variables, etc etc. La méthode ci-dessous fonctionne, et mon levain va tantôt fêter ses trois ans… du coup, je n’en ai point testé d’autres!

Jour 1, le matin:

Dans un bocal, mélangez 100g de farine de seigle (bise ou complète) avec 100g d’eau pas trop froide puis retournez vous coucher. Laisser le tout sur le plan de travail avec un linge humide en guise de couvercle.

C’est à ce moment là qu’on peu ajouter une petite cuillère à café de miel, mais c’est vraiment si vous insistez.

Jour 2, le matin:

Enlever 100g de votre masse, et y ajouter 50g de farine de seigle, et 50g d’eau.

Jour 2, le soir:

Enlever 100g de votre masse, et y ajouter 50g de farine de seigle, et 50g d’eau.

Les jours suivants, matin et soir:

Répétez l’opération matin et soir, pendant deux trois jours supplémentaires (ou même un peu plus). Une légère odeur acidulée commence à se dégager de votre mélange et vous constatez que ça fait des bulles et que le volume initial a doublé, voire triplé. Votre levain est né, félicitations.

Levain dur

Fermentation acétique, qui donne une croûte plus épaisse et un goût plus prononcé que le levain liquide

On le prépare comme le levain liquide, mais les proportions lors des rafraîchis sont de 2/3 de farine pour 1/3 d’eau. Vous prélevez donc 100g de votre masse de base, et vous complétez avec 66g de farine, et 33g d’eau…

Conservation

Votre levain se conserve dans son bocal, au frigo, pendant plusieurs jours voire semaines. Après quelques semaines, il faut le rafraîchir quelques fois pour qu’il perde son acidité et son goût bien prononcé.

Utilisation

Le levain ainsi obtenu s’appelle le levain chef. Le levain utilisé dans la confection du pain n’est autre que le levain tout-point. Le levain chef n’est utilisé que pour créer le levain tout-point.

En guise d’explication, voici deux exemples d’utilisation du levain chef pour préparer son levain tout-point.

Exemple 1

Le matin, on sort son levain chef du frigo, et on regarde combien notre recette nécessite de levain. On prélève la moitié de ce dont on a besoin de notre levain chef et:

  • On remet l’équivalent de ce qu’on vient d’enlever à notre levain chef (moitié eau, moitié farine de seigle) et on mélange bien.
  • On complète notre levain tout-point avec ce qu’il manque pour notre recette en part égale, eau-farine (de seigle). On peut jouer sur la consistance du levain en changeant les proportions de la partie que l’on ajoute.
  • Laisser fermenter tranquillement votre levain tout-point sur le plan de travail, entre 6 et 8 heures. A ce moment-là, vous pouvez faire votre pâte.
  • Laisser quelques heures votre levain chef sur le plan de travail, à température ambiante puis remettez-le au frigo avec un couvercle.

Exemple 2

Le soir avant ou le matin même:

  • Vous sortez votre levain chef du frigo et vous le chambrez environ une heure
  • Puis vous le rafraîchissez. C’est à dire que vous ouvrez le bocal puis incorporez la même quantité d’eau et de farine au levain chef. Par exemple 50 g de farine et 50 g d’eau si vous avez 100 g de levain chef. Cela doublera votre quantité de levain. Vous touillez avec gratitude, une cuillère en bois sera idéale.
  • Laisser fermenter tranquillement votre levain sur le plan de travail, entre 6 et 8 heures. A ce moment-là, vous prélevez du levain tout-point puis vous pouvez faire votre pâte.
  • Vous refermez le bocal et si ne prévoyez pas de refaire du pain dans les 24 heures vous le replacez au frigo. Dans le cas contraire vous pouvez le rafraîchir et le garder sur le plan de travail.

Notez que vous devez trouver votre rythme pour que toutes ces opérations puissent se faire à peu près au bon moment, compte tenu de votre emploi du temps. Le confinement à donc du bon pour bien démarrer.

Les points essentiels sont d’avoir un levain tout-point:

  • bien actif: vous le verrez grâce aux nombreuses bulles
  • pas trop acide: votre marche d’action réside dans la quantité de farine et d’eau que vous ajoutez pour le rafraîchissement. Si votre levain chef devient (vraiment) trop acide vous pouvez le rafraîchir plusieurs fois avant de l’utiliser et d’en profiter pour en offrir (dans un petit bocal) ou de faire plusieurs recettes de pain pour en distribuer dans votre immeuble.

Technique de base

Voici encore quelques informations utiles concernant les étapes de fabrication du pain.

La pâte

Lorsque votre levain est prêt et que vous faites votre pâte avec un robot type Kitchen Aid, il faut faire attention à la surchauffe de le pâte vu que le contenant est relativement petit, il y a du frottement et hop, le température monte. Il ne faudrait pas que la pâte dépasse 24 degrés Celsius en sortie de pétrin, ce qui veut dire qu’il faut mettre de l’eau super froide quand vous faites votre mélange.

L’opération de mélange est relativement longue en comparaison de la phase de pétrissage. Il faut en général compter entre 6 et 8 minutes de mélange (Kitchen Aid, vitesse 1) et 2 voire 3 minutes de pétrissage (vitesse 2). On ajoute le sel juste avant le pétrissage… faut essayer de pas l’oublier celui-là, c’est franchement meilleur avec!

La fermentation

Une fois que la pâte sort du pétrin, je la dépose dans un plat en inox… et la laisse pointer une bonne heure heure à température ambiante avec un linge humide par dessus afin d’éviter qu’elle ne sèche.

Passé cette heure, je fais quelques rabats (on replie la pâte sur elle même plusieurs fois) pour lui donner de la force et puis, toujours avec un linge humide, je la laisse continuer tranquillement sa fermentation au frigo pendant 12 à 18h.

Là, on voit la pâte pour 4 jolies baguettes à la sortie du frigo.

IMG_2068

La mise en forme

Le matin, je sors la pâte du frigo. Sur un plan de travail bien propre et légèrement fariné, j’y dépose cette magnifique pâte et commence à la travailler.

Un ou deux rabats, je forme une boule et la divise en plusieurs pâtons si j’ai préparé une pâte pour faire plusieurs pains.

Je laisse mes pâtons se détendre à température ambiante une petite heure avec un linge par dessus pour éviter que ça ne croûte.

Passé ce temps, je préchauffe le four (avec la plaque de cuisson) et je forme mon pain. Une fois mon pain formé, voilà qu’interviennent les bannetons, ou la grille pour les baguettes. Je les y dépose, soudure (le côté pas joli) en haut (tourne à gris), soudure en bas (tourne à clair), c’est selon. Encore un peu de patience… je laisse ces préparation encore une heure à température ambiante (avec un linge par dessus).

IMG_E0253

La cuisson

Et là, c’est bon, on peut y aller. Un coup de lame pour que le pain se fendent lors de la cuisson et hop, j’enfourne, soit avec un petit récipient (que j’ai préchauffé) dans lequel j’ajoute de l’eau, soit je balance un demi verre d’eau au fond du four… c’est le coup de buée qui donnera une belle croûte à mon pain.

Patience encore… le pain gonfle pendant les dix premières minutes… on peut faire comme si on avait une télé et regarder tout ça en direct, j’adore.

IMG_1268

Une fois la cuisson terminée, je le dépose sur une grille et attends… c’est long, mais c’est important de ne pas le découper trop vite… il faut qu’il soit complètement refroidi pour qu’il développe son moelleux et sa belle croûte.

Références

  • Le grand livre de la boulangerie de Jean-Marie Lanio, Thomas Marie et Patrice Mitaillé. Ce livre est extraordinaire… mais il nécessite un peu de temps pour l’apprivoiser. Les photos sont vraiment incroyables… mais j’ai pas encore réussi à faire un pain qui ressemble à la photo du livre… quoique… les baguettes commencent à être franchement pas mal.
  • Le pain au levain de Casper André Lugg… extra, adapté à la confection de pain à la maison. Les photos sont très réussies.
  • Et il faut encore regarder les vidéos de Patrick Ryan

 

Vous referez bien un papet!?

 

fullsizerender-1

Bonjour fidèles popoteurs!

Des événements récents m’ont poussé à revenir vers vous. Parfois la vie nous réserve de drôles de surprises: 3 gousses d’ail au fond d’une casserole, une feuille de laurier, et hop me revoilà ! Pourtant ce n’est pas si anodin que cela peut le paraître.

Reparlons un peu du long sujet du Papet, oui, ce bon vieux papet vaudois. Pour bien comprendre je vous conseille de le reprendre ici et . Et pour les flemmards et les incollables, il suffit de rester avec moi.

Je vais vous livrer une variante très, très osées de notre cher papet. Je vais décidément me mettre à dos toute la Suisse romande, sauf une partie du canton du Jura… Mais je refuse toujours de polémiquer, alors allons-y! Il s’agit de la version façon Blanchard pour celles et ceux qui collectionnent.

Il va se déguster en 2 temps, oui comme un pot au feu: une entrée potage puis le plat de résistance avec viande, légumes et pdt. Pour les quantités je vous laisse libre, mais n’oubliez pas la soupe aux poireaux et la tarte aux poireaux pour apprêter vos restes de papet. Oui on peut s’emporter et se lâcher à la boucherie et au marché!

img_8040-001

La découpe des poireaux ici se fait en demi-rondelles de moins de 1 cm, celle des pdt en demis, si vous trouvez trop gros vous redonnez un coup de couteau. Paf. Vous piquez une des deux saucisses afin que son jus aromatise la soupelette.

Faire revenir 4 gousses d’ail dans un peu d’huile d’olive puis ajouter le poireau, tourner qq minutes, à feux moyen.

Verser une bonne rasade de vin blanc vaudois (ou neuchâtelois, ha ha ha) couvrir d’eau, saler (pas trop, attention, les saucisses salent aussi), poivrer et aromatiser avec une feuille de laurier, laisser mijoter à couvert.

img_8022-001fullsizerender-2-001

Lorsque c’est presque cuit ajouter les pdt, tourner le tout puis déposer avec amour les 2 saucisses, une au foie et une aux choux pour ne pas faire de jaloux, les cacher sous les poireaux et ajouter de l’eau, pas beaucoup, juste un peu pour que les légumes soient recouverts.

Lorsque le temps de cuisson des saucisses est dépassé, et que les pdt sont cuites comme on aime, il est temps de rectifier l’assaisonnement en poivre du mortier (oui toujours, svp) et en sel.

img_8063-001

Servir sans attendre le jus de cuisson qui, il est vrai, est fort goûteux!

img_8081-001

Lorsqu’il ne reste presque plus de liquide au fond de votre marmite, en espérant que vous avez encore un peu faim, verser une tombée de crème et 2 à 3 cs de vinaigre blanc, une bonne raclée de noix de muscade, tourner, couper les saucisses (pour celle qui n’a pas été percée prévoir une petite tranche de pain pour la piquer sans que cela vous éclabousse trop, mais oui, vous piquez la tranche de pain sur une fourchette puis vous piquez la saucisse avec la fourchette. Le jus va être retenu par la tranche de pain en profitant de l’imbiber… sans gicler partout) et dresser artistiquement, oui c’est toujours possible, dans des assiettes plates, oui, dans les bols cela ne serait pas très pratique pour racler la peau des saucisses, avec votre couteau, hein dit Gudule! Non !?

img_8098-001

Voilà, à table et bon appétit les gourmands!

Un marché pour deux

Il y a des occasions qu’il faut marquer d’une poêle en acier, et bien culottée. Je vous présente ce menu qui se veut à notre image : beau, bon, sain, de saison et pour cette fois, rempli d’insolence…

Merci à Stéphanie et Pierre pour une rencontre qui a déjà changé nos vies.

 

LE MENU INSOLENT – IAI  (c’est un code secret)

La peur du toast qui tient tête à une figue

***

La rage des crevettes qui pogotent dans la boue

***

Idées noires et couleurs iodées

***

Insolence acidulée pour cœurs tendres

D’ici peu vous aurez des détails – croustillants – et des nouvelles recettes à tester !

Pour vous faire patienter et vous échauffer un peu, voici une omelette et un green smoothie, pour un repas tout en finesse et en santé, tourné vers la fraîcheur et la simplicité. Oui, essayez toujours de simplifier, d’aller à l’essentiel et de débarrasser vos assiettes du superflu, là est la véritable modernité ! Les variations de votre omelette et votre smoothie seront infinies puisque vous devrez commencer par flâner dans un marché et choisir les légumes qui vous parleront. Ouvrez grand vos oreilles, et partez à leur rencontre.

DSC_0660

Omelette du marché pour 2

Je vous conseille vivement de faire un crochet au marché un petit matin de fête. Les maraîchers font leur mise en place les yeux tout collés alors que vous, vous rentrez vous coucher les yeux tout fatigués d’une nuit remplie de joie, de musique et de lumière ! Vous serez les premiers clients qui donneront un peu d’énergie aux travailleurs du samedi… Cela vous rappellera peut-être le bon vieux temps où il ne vous fallait pas plusieurs longues nuits de sommeil pour compenser celle que vous venez de vivre à 1000 à l’heure… Une poignée de petit pois à écosser, quelques tiges de côtes de bettes rouges, oignon frais, ail frais, persil, ciboulette. Tiens, encore une botte de carottes fanes bio et une racine rouge fanes bio, si irrésistibles. Oui, les fanes c’est parfait pour vos smoothies. Il y a plein de fibres, de vitamines et d’antioxydants, clé de la jeunesse éternelle. Oui voilà mon secret ! N’oubliez pas 6 œufs bio de poule. Oui, car à cette saison vous trouverez aussi des œufs de caille, de canne et d’oie… A essayer aussi d’ailleurs ! Il faudra juste changer les quantités. N’oubliez pas aussi la fameuse omelette aux asperges vertes, toujours si délicieuse.

Bon, je ne vais pas prendre des heures pour vous expliquer comment faire une omelette, bien que cela peut en prendre plus d’une suivant avec qui vous êtes en cuisine…

DSC_0707

1/ Blanchir à l’eau salée quelques minutes vos légumes préalablement préparés puis les refroidir rapidement pour conserver leurs couleurs et leurs vitamines

2/ Laver peler couper hacher oignons, ail et aromates

3/ Casser les œufs dans un bol saler et poivrer et battre (pas trop svp)

4/ Faire revenir oignon et ail (ou pas si vous n’aimez pas trop…) dans la fameuse poêle acier bien culottée avec un petit peu de matière grasse, à feu moyen

5/ Verser les œufs battus ajouter les légumes de manière artistique, en garder quelques-uns pour la déco, descendre le feu

6/ Dresser lorsque c’est cuit, je l’aime bien baveuse, plier en deux, couper le feu attendre quelques minutes.

DSC_0749 DSC_0755 DSC_0740

Ici elle est servie avec une lignée de Roses de Berne assaisonnées avec fleur de sel noir, graines de pavot, trait d’huile d’olive, jambon cru et baguette toastée coupée en 2.

DSC_0694

Pour le green smoothie ravigotant (le côté détox ne nous fera pas de mal non plus…)

1/ Des fanes de légumes bio : ici racine rouge, carottes et radis

2/ Des fruits : une orange

3/ Un liant : une banane

4/ Un liquide : ici lait de riz

5/ Un assaisonnement : du gingembre par exemple

6/ Un super aliment : la spiruline c’est bien, terriblement swag.

Hop, tout dans votre super blender, on verse dans un verre, une paille, surtout si on est barbu… Oui, oui, nous irons chez le barbier, promis mais plus tard.

Et on déguste, si vous aimez la fraîcheur, balancer une poignée de glaçons.

Je ne vous parle pas des variations et des détails, la blogosphère est une mine, par exemple Erwann, Anne, Juliette, si vous êtes en panne d’inspiration !

Santé, bon appétit, bonne nuit et belle journée !

DSC_0719

Et merci à Maya pour sa relecture