La fondue über neuchâteloise

 

DSC_0218 DSC_0219 DSC_0221 DSC_0236 DSC_0240

J’ai réalisé que notre blog ne contenait pas de recette de fondue au fromage. Grave erreur… La fondue est au neuchâtelois ce que le rollmops est au scandinave. Bon, les petits déjeunés sont pénibles dans un cas comme dans l’autre…

Et pis de toute manière il n’y a pas 36 façons de faire la fondue, me dira Gudule… c’est faux!! Chacun son tour de main (en 8, en 0, en double 0, etc, pas avec les pieds, SI!), son mélange secret (gruyère et vacherin, principalement chez nous), sa manière de couper l’ail (en petit, en gros, frottage du caquelon ou pas), le vin (chauffage du vin avant ou pas), avec ou sans fécule, avec ou sans kirsch, avec ou sans bicarbonate, avec ou sans vin (oui cela peut vous dépasser, je le conçois! Pensée à nos amis fribourgeois et leur fameuse fondue 100% vacherin) etc. Bon il faut aussi arrêter avec ça, une fondue ce n’est toujours que du fromage fondu, assaisonné selon l’envie, et basta. Pas besoin d’en faire tout un caquelon. Ben disons que si vous commencez à vous intéresser aux fromages papables, vous pouvez vous y perdre.

Heureusement, les fromageries qui se valent vous proposeront leur mélange, secret aussi, évidemment. Mais il y aura une recette sur le paquet. Y’aura qu’à la suivre, en point c’est tout. Je me souviens d’un conseil qui m’avait marqué! Lorsque la fondue se sépare, oui quand il y a un gros bloc épais qui flotte dans une mare de gras… ha oui ça me rappelle encore que lorsque l’on fond le fromage il y a une étape où on se demande bien ce que l’on est en train de faire… c’est le miracle de la fondue. Bref, revenons à notre malheureuse fondue, toute séparée, ceci se produit lorsque la préparation n’est pas assez acide (mais comment est-ce possible si on utilise du chasselas, bonne question!?) alors il suffira d’ajouter qq goûtes de jus de citron…

C’est pas merveilleux!

Ce que je vous propose ici, c’est un mélange spécial, dédicace unique pour la Rollmops Family, les neuchâtelois et aussi les fribourgeois, ne soyons pas trop vache, quai, exclusivement composé de fromage neuchâtelois. Vous les trouverez normalement aux bonnes adresses de la place! Un grand merci à Sandrine, Madame Bleuchâtel, et toute son équipe de la Fromagerie des Ponts-de-Martel, pour leurs conseils experts. Et si vous êtes sage, je vous ponds un petit interview d’ici la fin de l’année. Sans oublier de remercier aussi Didier Germain que je me réjouis de rencontrer.

DSC_0390 DSC_0432

DSC_0378 DSC_0369

 

Par bec (ben oui les oiseaux aussi peuvent en manger de ce pain là):

180 à 250 g de fromage râpé grossièrement (250 c’est pour les très gros oiseaux), moitié gruyère AOC et moitié Major Benoît (encore une invention de Didier)
25 g de Bleuchâtel
un peu moins de 1 dl de chasselas (du bon svp!)
1 petite gousse d’ail coupée en 2 sans son germe
4 g de fécule
1 pointe de couteau de bicarbonate
1 tit verre de kirsch du verger
poivre du mortier

Frotter le caquelon avec l’ail puis le recouper un peu, ajouter le vin (en prévoir un peu plus pour l’équipe cuisine…) et le fromage
Fondre lentement à feux pas trop fort d’un geste magnanime de pellette en bois (si votre famille ne possède pas de geste traditionnel, optez pour le fameux tour en 8, si passe partout)

Délayer la fécule dans le kirsch, verser, touiller et laisser cuire 1 mn
Ajouter un peu de poivre fraîchement moulu, une pointe de couteau de bicarbonate et voilà à table!

Le pain sera déjà (svp!) coupé en gros cubes sur la table. Chacun aura sa petite assiette, sa fourchette spéciale avec un bout de pain déjà piqué, prêt à plonger bien au fond et tourner… en 8, son verre à vin blanc plein et son petit verre de kirsch pour le coup du milieu. La tradition veut que celui qui perd 3 fois son pain offre une tournée. Vous allez bien rire, promis.

Il faudrait encore vous parler du pain et du vin évidemment, mais voilà cela sera tout pour aujourd’hui… et bonne fondue! Juste encore un truc, il est maintenant officiel qu’il n’est pas interdit de boire de l’eau froide en mangeant de la fondue. Vive la fin d’une légende urbaine. Cette histoire de boule de fromage dur au fond du ventre est une mauvaise représentation qui a la vie dure dans l’inconscient collectif.

Oui il y a encore les petits gestes et grandes manies pour clôturer une fondue en beauté… Sur ce sujet je vous laisse la parole, fidèles lecteur et popoteurs. Mais quels sont donc vos petits rituel de fin de fondue au fromage?

20131207-184908.jpg

 

Un grand dernier merci à Julien et Corinne pour cette sympathique et délicieuse fondue au feu de bois à Saint-Blaise…

3 comments

  1. guelat dit :

    bonjour ,,je veux faire un fondue au fromage sur un feu ,,,ou est ce que je peut trouver un chaudron ou quelque chose qui corespond pour mettre sur le feu,,, merci de me repondre

  2. Wirz dit :

    Je trouve certains commentaires à la limite du sérieux.

    • Grégoire dit :

      On comprend bien que notre style ne peut pas plaire a tout le monde. Nous en somme désolé… Si vous pouvez nous donner plus de précisions quant aux commentaires limites, nous pourrions y jeter un œil et s’il est nécessaire les modérer. Bonnes salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *